Aujourd’hui c’est Louis Duval-Leroy qui est passé nous voir à notre boutique de St.Germain (60, Rue de Rennes). La Maison Duval-Leroy, l’une des dernières Grands Maisons champenoises au capital 100% familial et est le fournisseur d’une grande partie des brasseries du quartier. Elle se place aujourd’hui comme la deuxième marque la plus représentée dans les restaurants étoilés.

Louis – toujours souriant – nous fait rire avec ces blagues pendant le shooting improvisé que nous avons préparé pour lui dans le quartier. Il fait beau ! Alors nous partons nous promener… et finalement nous prenons place dans un bistro et au tour d’une bonne coupe de champagne pour discuter du savoir-faire français réputé dans le monde entier.

champagne1

 

La Maison Duval-Leroy est l’une des dernières entreprises champenoises au capital 100% familial. J’imagine que vous êtes fier?

Oui bien sûr, dans les Grandes Maisons nous sommes l’une des dernières.

Vous croyez que le fait d’être une entreprise 100% familiale donne à votre produit une caractéristique spéciale qui vous fait vous démarquer de la concurrence ?

Ça c’est une question très technique en fait… Nous faisons ce que nous voulons avec nos bouteilles et nous cherchons des goûts uniques en elles. Chacun dans le champagne a sa spécificité. Par rapport au type de raisin, le choix des cuvées, etc. Et à force de déguster les produits de différentes Maisons on finit par les reconnaître parce que chacune a un goût différent.

Nous avons des hectares un peu partout dans la région et nous travaillons les arômes en fonction des parcelles. Deux parcelles peuvent être l’une à côté de l’autre et donner des produits complètement différents en fonction de la terre, l’altitude, etc. Donc nous mélangeons par rapport à ce qu’on veut mettre en avant.

 

Je vois que le bistro dans lequel nous nous trouvons propose du Duval-Leroy sur leur carte. Vous distribuez principalement en France ou vous vous exportez beaucoup ?

60% de notre vente est à l’exportation. Principalement au Royaume Uni, au Japon, aux USA, en Belgique et en Allemagne.

Le vin et le champagne français sont connus dans le monde entier mais comme nous vendons des produits “spiritueux” la loi fait qu’en France nous n’avons pas le droit de communiquer, et ça c’est triste.

 

Vous êtes considérés comme l’une des 15 premières Maisons de Champagne. Comment vous êtes arrivés jusqu’à ici ?

C’est un travail qu’a été fait de génération en génération. Chaque génération a laissé une emprunte sur la vie de Duval-Leroy. Mon grand-père a acheté les terres, mon père a modernisé la production et les cuvées et ma mère qui est à la tête de la Maison depuis 1991 a replacé la marque et l’image de celle-ci.

 

Et quel est ton rôle actuel dans l’entreprise ?

Je suis le responsable de Relations Publiques. Je suis “l’ambassadeur” de la marque. Je vais sur le terrain rendre visite aux clients tout en transmettant l’image de la Maison avec son côté familial. En même temps j’explique aux clients les cuvées, je représente la Maison dans de foires a vin, je fais de la dégustation, etc.

champagne2

À seulement 27 ans, qu’est-ce que ça représente pour toi tout ça ?

J’ai grandi dans ma famille, mais celle-ci était en même temps l’entreprise… Je ne peux même pas le voir comme un travail ! J’ai été éduqué dedans et finalement je montre tout simplement ce que nous faisons. Je vends le travail fait par mes ancêtres. Plus que tout autre chose, c’est une responsabilité envers la famille, je suis ambassadeur de la Maison. Je reconnais que je suis peut-être moins expérimenté que d’autres commerciaux de l’entreprise, mais en revanche, je connais tout sur la Maison parce que j’ai grandi dedans ! Dès mes 6 ans, ma mère m’emmenait avec elle dans ses rendez-vous, j’ai donc littéralement grandi en apprenant mon métier !

 

Comment choisit-on un bon champagne ?

En suivant ses goûts ! Chacun a des goûts différents… Il y a des gens qui préfèrent des choses plus puissantes, avec du caractère et ils vont aller vers telle ou telle autre année, Maison, etc. Chaque Maison est différente et certaines personnes vont préférer se tourner vers un arôme, une cuvée, une étiquette…

Ce qui est important est d’avoir quelqu’un à côté qui s’y connaisse pour pouvoir te conseiller.

 

Si El Ganso était une bouteille de Duval Leroy ça serait la quelle et pourquoi ?

Le millésime 2004 serait génial et en plus c’est l’année ou El Ganso a été créé. Nous sommes sur un blanc de blancs très frais, vif et minéral mais qui reste quand même un jeune champagne.

Chez El Ganso comme chez Duval-Leroy nous avons une histoire de famille. On y reconnaît la chaleur humaine, la proximité avec le client et cet esprit familial en rentrant dans chacune des boutiques.

image

Ton moment préféré pour déguster un bon champagne ?

A toute heure, en fonction de l’envie ! Tu as juste besoin du bon champagne dans le bon moment, nous avons 16 champagnes différents chez Duval-Leroy…
Bon, pas le matin en sortant du lit… Quoi que! ça peut être sympa !

 

Quel coin de St.Germain choisiriez-vous pour partager une bonne coupe de champagne ?

Ici, au café Cassette ! Pour moi l’un des meilleurs bistros du quartier.

 

Et si je te dis que j’ai une bouteille, deux verres et je préfère me poser à l’air libre ?

Sur la seine, sur le front de l’Île Saint Louis. Tu es dans la rue mais le mur il fait comme l’avant d’un bateau (rires).

 

Merci Louis !

Merci à vous.